afficher le contenu
afficher la carte

Logements éphémères 2013

| Description | Rencontre à l’Echelle 1 | Recherche sur l’habitat minimal | Prototype |

Description

Date : 2013
Projet : Expérience architecturale en ville pour Marseille Provence 2013 Capitale Européenne de la Culture : Projet de logements éphémères












Rencontre à l’Echelle 1

L-AST, association constituée de jeunes architectes, paysagistes et urbanistes marseillais, animés par une volonté commune de promouvoir leurs disciplines et de les rendre accessibles au plus grand nombre profite de Marseille Provence Capitale Européenne de la Culture en 2013 pour proposer une expérience urbaine participative à travers la réalisation de logements éphémères en ville.
En combinant les objectifs culturels de Marseille Provence 2013 et nos réflexions sur l’architecture éphémère et événementielle, L-AST propose ici l’installation en ville de plusieurs groupes d’habitat minimal destinés à accueillir les visiteurs en 2013. Traversés, habités, vécus et expérimentés par les visiteurs ces petits édifices seront conçus par les étudiants de l’ENSA-Marseille, offrant un expérience architecturale et urbaine… le temps de 2013. L’architecture fabrique l’espace urbain. Nous souhaitons questionner ce rapport que nous entretenons avec notre ville. Une fois démontés, les réactions suscitées pendant et après l’expérience seront minutieusement récoltées afin de faire naître une discussion publique sur la ville.

Dans un premier temps, L’ Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Marseille (ENSA-M) serait notre principal partenaire du projet à travers la réalisation d’un prototype par les étudiants au sein d’un atelier consacré à l’expérimentation de petits édifices grandeur nature. Le travail des étudiants autour d’un projet construit est l’occasion de permettre aux réflexions architecturales de franchir les murs de l’école pour aller à la rencontre du public.
Ensuite L-AST travaillera à la combinaison et à la déclinaison de ce prototype dans différents lieux urbanisés, proposant ainsi de créer, d’inventer, de révéler des sites en devenir et de mettre en confrontation le regard sur la ville de jeunes architectes avec celui des habitants. Lançons-nous dans l’expérience urbaine ! Ces modules sont destinés aux touristes en quête d’une nouvelle manière d’habiter la ville, d’un autre regard, à une clientèle de voyageurs adeptes des auberges de jeunesse et des expériences culturelles… Nous leur proposons ici d’habiter une oeuvre architecturale éphémère.
Dans un dernier temps, les témoignages et impressions des habitants du quartier « modifié », celles des passants habituels ou occasionnels, celles des locataires de ces installations, seront consignés dans une publication. Formant un nouveau regard sur la ville, les informations recueillies sur cette intervention citoyenne seront alors disponibles pour les différentes instances liées de près ou de loin à la production architecturale et urbaine.

LAST propose un projet-test ; un outil de conception participant à la fabrication et l’évolution de la ville. Expérimenter l’architecture des étudiants à l’échelle 1 est le fruit d’une démarche qui se veut pédagogiquement innovante et avant-gardiste. Pour que les réflexions portées sur la ville et l’architecture ne restent pas lettres mortes et puissent servir la ville de demain, enrichir ses visiteurs et les habitants de Marseille.












Recherche sur l’habitat minimal

Certaines villes refusent les cadres. Trop partiels pour rendre l’immensité du paysage, trop grands pour raconter le détail incongru, jusqu’aux monuments, presque trop humbles pour être pris en photo. Le voyage n’est pas toujours dans les yeux : Blancheur du soleil, odeur de la mer et des pins surchauffés, comment dire une ambiance ? Le touriste erre dans la ville de Marseille à la recherche d’un cadre qu’il ne trouve pas. De retour, il repassera légèrement frustré la somme de photos dont pas une ne sait dire ce qu’il a ressenti.

Regardez les cabanons, les bateaux, les containers, ces petits objets que le Mistral semble pouvoir faire s’envoler. Comme une fleur éphémère et vivace entre les rochers, ces éléments résistent et participent à la poésie de notre région. Une ville n’est pas seulement faite de monuments majestueux et de quartiers proprets. En Provence, la grandeur n’est pas dans la taille.

A partir de ce prototype modulaire, l’association étudiera sa fabrication en série : déterminer des procédés industriels adéquates, concevoir sa préfabrication, déterminer le coût prévisionnel des travaux l’adapter aux différentes normes en vigueur afin d’y accueillir le public.

Ensuite, ces modules seront assemblés, adaptés et installés dans les différents lieux choisis dans la ville. Ces lieux, ainsi réaménagés le temps de 2013, pourront alors être investis par les touristes avides de culture... Durant la phase de conception du prototype par les étudiants de Frank Rambert, L-AST participera régulièrement aux ateliers afin de suivre l’évolution du projet. La fabrication du prototype bénéficie ainsi du regard de L-AST: trait d’union entre un projet d’école et un événement culturel concret. Outre faire travailler les étudiants d’architecture autour d’un projet construit en ville, ce projet permet de faire sortir la «production architecturale» d’une école pour la donner à voir aux marseillais et aux visiteurs en 2013. Des étudiants d’architecture se font constructeurs : le module habitable version 2007 montée aux Grands Ateliers de l’île d’Abeau.












Prototype

Du prototype à la réalisation
Début 2011, les étudiants de l’ENSA-M achèveront la conception du module habitable et réaliseront un prototype grandeur nature au sein des Grands Ateliers de l’Isle-d’Abeau (Rhône-Alpes).
L-AST étudiera ensuite sa mise en conformité détaillée en collaboration avec des professionnels spécialisés.
Suivra le travail de mise en série des modules : leur démultiplication, leur déclinaison et leur adaptation dans les divers sites à enjeux urbains. Essentiellement composée de jeunes marseillais, L-AST a d’ores et déjà quelques idées de lieux où elle serait heureuse d’intervenir. Nous n’excluons pas l’idée d’élargir le projet à diverses villes du périmètre de Marseille Provence 2013. Ainsi, un partenariat est envisagé avec l’association « Les Marchands de Sable », jeunes architectes et scénographes nantais qui travaillent sur les thèmes de l’architecture mobile et du réemploi. Les sites seront choisis avec les personnes compétentes au sein de Marseille Provence 2013 et de la ville.
L-AST va s’accrocher à la ville existante pour implanter les logements éphémères. Les réseaux présents sous nos pieds nous permettrons de connecter les modules et d’y apporter l’eau et l’électricité nécessaire. En termes d’usage, une déclinaison-type se composera d’un bloc sanitaire, d’un module pour la personne chargée de l’accueil, de l’entretien et de la sécurité au quotidien, d’un nombre x de logements à louer et d’un aménagement extérieur qui aura pour vocation de relier tous ces éléments en créant un espace de qualité et de convivialité. Une exposition permanente des travaux des étudiants pourra prendre place dans un module ouvert au public.

De la réalisation à l’expérience
2012 sera consacrée au lancement de la publicité, à la mise en location des cellules (réservations), à la réalisation des éléments (préfabrication et montage).
Le recueil des impressions se fera en 2013 (réactions du public suite à l’intervention éphémère) et après (quand l’installation sera démontée et aura disparu). Une sociologue ou anthropologue sera chargée de cette tâche: locataires, habitants du quartier ou simples passants, par l’intermédiaire d’interviews filmées et écrites.
L-AST consignera ces informations, en fera la synthèse et le bilan expérimental, puis réalisera publication qui sera transmise aux différentes instances liées à la production architecturale, urbaine et aux recherches sociologiques qui réfléchissent sur la ville et l’environnement social.